Jeunes filles dans l'eau, 2001
Vidéo PAL, en boucle.

Jeunes filles dans l'eau, 2001

Proche d'une photographie, l'image est un plan fixe, la caméra est placée au-dessus des deux jeunes filles, seuls leurs visages restent plus ou moins à la surface, tels des masques redessinés pas l'eau.
 

La vidéo est montée en boucle, le mouvement de l'eau est un perpétuel va-et-vient, les deux corps flottent. Il n'y a pas de son.
Le rythme est celui d'une respiration, une respiration muette.

 

La fixitédes regards confère àces visages une présence définitive, j'y vois une similitude avec l'aspect très épurédes portraits du Fayoum, "ces visages [...] sans impatience, au bord du temps [...] ils n'attendent rien, ils sont là, sans poids, sans légèreté, sans passer ni s'éteindre."

Jean-Christophe Bailly. L'apostrophe muette Essai sur les portraits du Fayoum. Editions Hazan.