Jeune fille au crépuscule (extrait), 2004
Vidéo PAL, 60'

Jeune fille au crépuscule, 2004

Dans la vidéo "Jeune fille au crépuscule", le personnage est immobile et fixe la caméra pendant une heure. La prise de vue est faite au moment du crépuscule, àla fin de l'enregistrement, l'image est noire.
 

En utilisant la lumière du jour comme un fondu naturel, je l'envisage comme un matériau constitutif de l'image, au même titre que l'eau, la boue, les cendres de mes vidéos précédentes, la lumière sculpte, dessine un visage, recouvre ses traits, de nouveaux visages se déploient sur la surface.
 

Le temps de contemplation d'une peinture, d'une photographie, n'est pas défini par l'artiste, devant une vidéo, le spectateur s'attend à être pris dans une temporalité propre àl'image, il n'est pas maître de la durée des images. Ici, l'extrême lenteur avec laquelle l'image évolue place le spectateur dans une situation souvent inconfortable.

 

Je projette la vidéo sur une feuille de calque tendue au centre d'une pièce, àhauteur de visage. Le support sur lequel l'image est projetée est presque invisible. Il n'a d'autre fonction que de retenir la lumière pour former l'image.